Psychatrire – billet d’humeur #HorsSérie

Pour la deuxième fois en l’espace de 4 mois je me retrouve en psychiatrie …. Pendant plus d’un mois cette fois ci…. C’est drôle je trouve le diminutif que l’on donne à ce type d’endroit. J’entends souvent dire, as-tu es en HP (cf. pour hôpital psychtrique). Comme il est drôle de voir que l’élément dans lequel on a catégorisé mon mental, « H.P », se trouve dans un endroit qui porte le même nom.

Donc en conclusion les HP sont en HP ?

Cela fait 4 semaines que je suis ici, et à part certaines personnes ayant réellement des troubles mentaux, une vraie pathologie, comme des schizophrènes par exemples qui sont dans les couloirs errant sans vraiment savoir à laquelle de leur personnalité tu parles ou encore certains qui font le lion ou cherche à nettoyer le sol avec du beurre…. Pour le reste, la majorité, il s’agit uniquement d’âme abimés, de cœurs déchirés et d’émotif à fleur de peau. 

Alors quoi on mélange tout et on fait comme ci de rien était ? 

Je suis désolé mais dans nos groupes de paroles, je me trouve face à des gens d’une maturité et d’une émotivité que je ne retrouve que très rarement à l’extérieur. Nous pleurons souvent lors de nos échanges sur la société, nos vies, nos peines de cœurs…. Mais toutes sans exceptions font ressortir de nous tout ce qu’il y a de plus beau, nos émotions. On parle avec notre cœur quand le monde parle avec son portefeuille. Je ne me suis jamais senti aussi bien que d’être entouré de personne fragile émotionnellement qui partage mes idées et mes valeurs. 

La vie est certes un jeu d’échec très compliqué à jouer. Certains sont roi, d’autre sont fou… certains sont fou du roi, mais moi je suis un rêveur fou et je préfère être ce rêveur fou naïf et plein d’espoir que tous ces bouffons du roi que ne font que suivre les règles d’un jeu ou les dés sont pipés.

J’ai des moments de sorties que me font énormément de bien, la nature, la musique, mes pensées certes parfois meurtries par ce manque que j’ai et qui justifie ma présence ici mais je me ressource comme je ne peux auprès de personne sensible et émotive.

Cependant quand je reçois un message me demande de bien me soigner …. Je me demande vraiment si les gens comprennent vraiment ? Me soigner ? Mais de quoi, penses-tu que je suis fou toi le jeune joueur d’échec ne comprenant que les règles de ce dicta sociétale ? 

Suis-je le fou dans ce monde de dingue ? Ou les fous sont-ils tous à l’extérieurs enfermant ceux qui ne suivent pas leur schéma ? Je ne sais pas la réponse à cette question mais elle existe et elle me semble importante.

Plus le temps passe et moins je ne me sens à ma place. Je répète cela depuis des années, reproduisant le même schéma émotionnel depuis plus d’une décennie avec ce sentiment de tourner en rond…. De tomber, de me relever, de retomber et de me relever. Mais les cicatrices laissez commencent à se voir davantage et je ne suis pas certain de pouvoir continuer à me relever éternellement. 

Dois-je poursuivre dans ce schéma de vie qui est le mien ou prendre un autre chemin, celui qui est le mien, juste à moi pour enfin m’élevé et cesser d’être enfermé dehors. 

Dans le film Rocky une des réplique phare : « L’important ce n’est pas le nombre de coup que tu prends, mais le nombre de fois où tu te seras relevé ». Je le ferai encore une fois, mais je ne veux plus prendre de coup.

Je suis fatigué.

Laisser un commentaire