L’amour est aveugle – billet d’humeur #HorsSérie

Oui, l’amour est aveugle. Vous le savez sûrement aussi. Et vous avez certainement une anecdote ou autre à raconter pour le démontrer.

C’est aussi mon cas. Sauf que dans mon cas, je pensais que je voyais…

Je pensais voir les défauts et les différences de mon compagnon, de mon amoureux. Je pensais connaître autant ses faiblesses que ses forces. Et je pensais que cela rendait notre amour plus fort.

Mais je me suis aperçue dernièrement, et non sans peine, que mon amour pour lui me rendait aveugle de certaines choses. Non pas vis-à-vis de lui. Mais vis-à-vis de moi.

Par amour et par facilité, je me retrouve aujourd’hui bien loin de ce que je considère bien. Ou plutôt riche de sens.

Petit à petit sans y prêter attention, partager des tâches et des choix m’a amenée à ma situation actuelle. Et j’en suis pleinement responsable.

J’aimerais vous donner des exemples, vous donner des détails… mais je ne suis pas sûre moi-même de l’ampleur de la situation. Il y a beaucoup et cela pourrait paraître futile à certains. Alors peu importe de quoi il s’agit précisément.

Je suis responsable d’avoir accepté ses choix, bien qu’ils ne m’inspiraient pas. Je suis responsable d’avoir laissé tant de facilités et d’excuses pécuniaires se dresser entre mes valeurs et moi. Je suis responsable d’avoir accepté des actions vides de sens à mes yeux. Et de ne pas m’en être véritablement rendue compte.

C’était un chemin. J’en suis sûre. J’ai le sentiment que je devais passer par là pour me rendre compte de l’importance que j’accorde vraiment à mes choix, mes actions et mes valeurs.

Et aujourd’hui que j’en suis loin et que je m’efforce de remettre en place des actions pour m’y reconnecter progressivement, je m’aperçois du chemin parcouru et de la certitude que cela vibre davantage en moi quand je suis ce qui m’inspire.

C’est la grosse différence qu’il y a entre mon compagnon et moi : nous n’avons pas les mêmes inspirations et les mêmes priorités dans les choses que nous aimons valoriser.

Et je ne voulais pas voir que cela pouvait poser problème, que cela pouvait être difficile par moments de concilier les deux.

L’amour est aveugle car je pensais que l’on pouvait être pareils lui et moi… J’oubliais que notre force à tous, c’est notre différence.

Par facilité, je le laissais faire ses choix et les justifier avec vigueur. Par amour, j’acceptais ses actions qui me paraissent vides de sens. Et puis, d’un coup, quand ces actions et ces choix me concernent aussi, je flippe.

Je me mets à flipper en ayant l’impression d’être à côté de mes pompes, de ne plus être le maître de ma propre vie parce qu’on m’impose des choix que j’accepte pour les autres, si ça leur plaît, mais pas pour moi.

Et là… j’ai perdu. Je perds les autres dans des explications qu’ils n’ont pas vues venir car j’ai accepté leurs choix sans broncher. Je perds les autres parce qu’ils sont convaincus que je pense comme eux.

Il est donc temps pour moi de remettre un peu de cohérence dans tout ça et de me recentrer sur ce que je valorise et qui m’inspire.

Il est temps que j’affirme davantage mes pensées, mes choix et mes actions car ce sont elles qui me définissent. Et c’est avec ça que je me sens alignée et moi-même.

Je suis… et il y a encore du travail pour me (re)définir. Mais l’espoir de me sentir à nouveau inspirée me nourrit.

J’espère que vous aussi, vous êtes alignés avec ce qui vous inspire, ce que vous aimez valoriser et ce qui vous convient. 🙂

Ne laissez par l’amour vous rendre aveugle vis-à-vis de vous ou de votre partenaire. Vous risquez plus de vous perdre tous les deux qu’en étant pleinement conscients et vous-mêmes… mais c’est un chemin d’apprentissage. Alors ne vous en voulez pas non plus si vous devez l’emprunter*, vous en ressortirez plus grands 🙂

Joyeux Noël ! 🎄 & Belle fin d’année réflexive à tous ☺️😘

*P.S.: c’est amusant de se dire qu’on emprunte un chemin comme on s’approprie un objet avant de le rendre ou le laisser à d’autres… alors qu’on aurait tendance à penser qu’on empreinte un chemin en y laissant une trace, notre empreinte… Bref, j’ai appris en vérifiant l’orthographe de ce mot que le verbe « empreinter » est un néologisme et que le verbe associé à l’empreinte est le mot « empreindre ». Aaah le français ! 😅

Laisser un commentaire